Vivantsensemble fête ses un an !

Le 30 septembre 2014 j'ouvrais ce blog sans savoir exactement comment il serait accueilli, ni même si j'aurais de quoi le faire vivre, mais avec l'espoir qu'il vous permettrait de comprendre le sens de ces derniers moments de vie et l'importance de pouvoir les accompagner. Pour celui qui les vit, d’abord, pour sa famille et ses proches, mais aussi pour tous les bénévoles et soignants qui auprès d’eux tentent d'offrir une part d'humanité.

Les histoires se sont succédées, suscitant les commentaires de certains d'entre vous; le nombre d'abonnés et de partage a augmenté lentement mais surement. Vous êtes aujourd'hui 119 à vous  être abonnés et à recevoir les billets dans vos boites mails, et 11 340 visiteurs sont recensés.

Bien sur c’est un bilan sans prétention au regard de certains blogs plus populaires ; l’idée n’est pas de rivaliser... Mais simplement de partager.

Vous vous connectez depuis la France et l’Europe essentiellement mais aussi des USA, d’Asie ou d’Afrique. J’aime l’idée que tout près de moi, ou quelque part au bout du monde, quelqu’un que je n’ai jamais rencontré et dont j’ignore tout, ou qui m’est particulièrement proche, prend un peu de son temps pour lire une histoire d’un autre… qui pourrait être la sienne. Et j’ai le secret espoir que certains billets peuvent les aider à trouver des réponses à leurs questions.

 

Je tenais à vous remercier.  Chacun à votre façon, vous avez contribué à faire vivre ces pages. Certains, par votre lecture fidèle, d’autres par vos commentaires réguliers et toujours bienveillants, d’autre encore en ayant relayé ce blog sur d’autres sites vers d’autres publics . Peut-être que certains n’ont pas retrouvé leurs commentaires sur le blog ; loin d’être de la censure, ce n’est que dans l’optique de respecter un anonymat.

Vous êtes soignants, bénévoles, amis, ou simplement acteurs de la société civile, engagés sur des causes, ou en questionnement, votre lecture et vos retours confortent ma conviction que des témoignages sont plus efficaces que de longues théories pour faire changer les regards.

Une dernière chose ; certains se sont étonnés de rentrer par cette lecture dans l’intimité d’un inconnu, ont peut-être eu l’impression de devenir spectateurs - voire voyeurs- d’une fin de vie qu’ils n’auraient pas eu envie eux-mêmes de savoir sur la toile. Je me suis longtemps questionnée sur ce sujet essentiel de la confidentialité et du respect de la parole confiée, et ce questionnement est au cœur de ma réflexion lorsque je poste un nouveau témoignage. Est-ce-que cette histoire porte atteinte à la dignité de la personne dont je parle ?

Est- ce-que mes descriptions rompent l’anonymat des familles que je rencontre ?

Pour plus de distance, je ne parle que de personnes rencontrées il y a au moins deux ans. Leurs histoires sont terminées et leurs proches ont continué leur route, que j’espère plus facile que si ils avaient été seuls pour vivre ces moments.

Raconter leur histoire aujourd’hui est pour moi une autre façon de les accompagner et peut-être de mettre un point final à notre rencontre. En pouvant témoigner de ce qu’ils ont vécu au cœur de la société.
Merci de me le permettre par votre lecture.